Le Mot Nu Ment : IRM


  • Du 25 février au 3 mars
  • Du 15 au 21 juillet
  • I.R.M # 1 . Tu étais comme possédée.

    I.R.M c’est d’abord et avant tout un désir de collaboration artistique, né d’une amitié de longue date entre Inès Benkhicham et Malou Rivoallan .

    Dans une société qui nous impose la compétitivité permanente, qui désolidarise les femmes entre elle , l’amitié se fait denrée rare. Nous nous plaçons fermement contre cette désunion et affirmons que le féminisme veut simplement dire  : être soit – même . Face au monde , avec sa sensibilité et son corps propre .

    Mais ces corps qui sont les nôtres sont – ils réellement en notre posession  ?

    Qu’ils soient retouchés, malmenés, sur – érotisés ou cachés, le corps féminin est la cible d’injonctions extérieures diverses et variées qui , si elles tendent à nous faire croire en une possession totale de nous même ( soyez vigilantes à l’arrivée des premières rides , pensez à bien prévenir le vieillissement de vos peaux) - sont surtout un moyen de nous déposséder.

    Soyez – vous-même, Lâchez – vous , Faites vous plaisir … les messages au ton impératif sont nombreux.

    Paradoxalement, les injonctions au silence sont toutes aussi nombreuses  : N’élevez pas la voix , Soyez discrète, (une femme qui parle fort est vulgaire) , ne criez pas pendant l’orgasme  : gémissez .

    Avec , au dessus de nos têtes, la menace sous jaçente et constamment présente de la sanction, le diagnostic sans appel, : Attention, vous êtes hystérique. Vous n’êtes pas en pleine possession de vos moyens.

    Car si le contrôle total de soit fait publicité alléchante, la dépossession quant à elle , la transe, la perte totale de contrôle font peur. Qu’est – ce que l’hystérie  ? A quels moments sommes nous réellement en posession, ou en dépossession de nous – même  ?

    C’est que ce que premier I.R.M 1 cherche à décortiquer  : à savoir décrypter par nous même, et pour nous même , afin de nous rendre ce qui nous appartient .




    Les résidences en cours et à venir