Compagnie Ali Fekih

entrersortir


  • Du 5 au 11 décembre 2011
  • Crédit photos : Frédéric Bonzom Ce dont je veux parler
    entresortir
    Entre les deux : le cœur de la pièce. C’est entre ces deux verbes que se selle et se concrétise le sens de ma recherche. De l’anecdotique aux métaphores les plus singulières, j’imagine quelques soubresauts.
    _
    entrersortir

    Il entre.
    Une chose l’arrête.
    Il ressort.
    Quelque chose arrête son pas.
    Il revient. Il se détourne et fais demi-tour (en jetant un œil par dessus son épaule).
    Puis tente à nouveau d’entrer s’arrête brusquement. Il piétine, il avance il recule.
    Que se passe-t-il dans la tête et le corps de cet homme ?

    Vois la lumière,
    Vois la main tenter de passer à travers la porte.
    Vois sans dessus dessous devenir obscure.
    Vois le pas de danse tituber.
    Vois la lumière s’étreindre encore une fois (pour un morceau de charbon).

    L’homme s’arrête et marche.
    L’homme s’arrête et mange.
    L’homme mange en marchant.
    L’homme éternue ce qu’il mange.
    L’homme devrait toujours avoir soif.
    L’homme assis est debout.
    Fendant l’espace il allume la lumière, avec les dents
    Des poches cousues font des mains pleines.
    Ali Fekih

    Coproductions et résidences : Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape, Les Subsistances- Lyon, Furies-Châlons-en-Champagne .
    La création entrersortir est soutenue par la DRAC-Rhône-Alpes




    Les résidences en cours et à venir