Les endimanchés : Modules Dada

Mise en scène Alexis Forestier


  • Mercredi 6 décembre 20:00
  • Jeudi 7 décembre 20:00
  • reservation lafonderie.fr 02 43 27 93 60

    Mise en scène, scénographie, montage, textes, collage musical Alexis Forestier

    Avec Clara Bonnet, Jean-François Favreau, Alexis Forestier, Itto Mehdaoui,
    Barnabé Perrotey
    Son Alexis Auffray et Jean-François Thomelin
    Lumières Perrine Cado
    et la voix de Bruno de Coninck

    Textes
    Hugo Ball, Franz Kafka, Arthur Cravan, Éric Vuillard, Pierre Kropotkine, Raoul
    Hausmann, Henri Lefebvre, Lénine, Alexandre Soljenitsyne, Dominique Noguez,
    Greil Marcus, Richard Huelsenbeck, Marcel Janco, Emil Szittya, Tristan Tzara,
    Marcello Tari, Walter Mehring, Paul Mattick

    Musiques
    Benzo, Bélibaste de Cocagne (le cercle des mallissimalistes), John Cage, Coil,
    The Cramps, Cyclikweetos, Einstürzende Neubauten, Enzo Del Re, Le Death to
    Mankind, Le Dernier Cri, Dirty Beaches, Bruno Fleurence, Hansen Windisch,
    Kleenex, Krinator, Annabelle Playe, The Residents, Meurtre, Les Morts Vont
    Bien, No-Neck Blues Band, Point Invisible, Martin Rev, Pierre Schaeffer, Shetahr,
    The Skaters, Karlheinz Stockhausen, Throbbing Gristle, Tomutonttu, Usé, Pierre
    Veyser, Franck Vigroux, X-Ray Spex, Zga, DTM, Blood Stereo (remerciements à
    Alexis Cailleton).

    *REPAS PUBLIC 7 EUROS
    RÉSERVATION OBLIGATOIRE 48H OUVRÉES AVANT À LA FONDERIE

    PROPOSÉ 30 À 40 MNS À L’ISSUE DE LA REPRÉSENTATION DU MERCREDI 6

    Cette fresque, en forme de théâtre-document directement inspiré de Lipstick Traces de
    Greil Marcus cherche une liberté de ton sur le plan de l’interprétation esthétique des
    contextes et domaines évoqués, s’autorisant à exposer des « documents paradoxaux », à traverser les époques ou à jeter des ponts sauvages entre elles, faisant entrer en collision la logique du discours avec les registres plastiques, textuels et musicaux.

    Modules Dada
    Voici comment en 1913 se présentent le monde et la société : la vie a été aliénée,
    inextricablement et totalement. Il règne une sorte de fatalisme économique attribuant à
    chacun, qu’il le veuille ou non, une fonction précise et, par là, des intérêts allant jusqu’à déterminer son caractère. (…) Mais la question la plus profonde et la plus brûlante qui se pose, nuit et jour, est bien celle-ci : existe-t-il quelque-part une puissance assez forte et surtout assez vivante, pour abolir cet état de fait ?(…) Ce qu’il faut c’est une ligue de tous ceux qui ne veulent pas être soumis à ce mécanisme : une façon de vivre qui résiste à l’utilitarisme. L’amour orgiastique pour tout ce qui est inutilisable et inexploitable.

    Hugo Ball, La Fuite Hors du Temps, Journal 1913-1921






    Réservez en ligne